Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Théodore Géricault, " Le radeau de la Méduse "

Théodore Géricault ( 1791 1824 ) est un peintre, sculpteur, lithographe et dessinateur romantique francais.

" Le radeau de la Méduse " est une peinture à l'huile sur toile, de 491 X 716 cm qui se trouve à Paris, au musée du Louvre.

En 1819, Géricault décide de peindre une œuvre spectaculaire pour le Louvre, qui ouvre à l'époque un nouveau salon d'exposition. Il choisit de représenter l'instant où une partie des naufragés d'une frégate, " La Méduse ", aperçoit à l'horizon le navire qui va les sauver, l'Argus.

Pour peindre cette œuvre, l'artiste va aller très loin, et ce pour être au plus près de la vérité : il va lire le récit des naufragés, va demander à certains d'entre eux de poser pour lui dans son atelier, mais il va aussi exposer, pour les étudier, des restes humains, dont par exemple une tête tranchée. Le travail va durer une année entière, et le résultat sera très controversé.

Le premier plan nous montre beaucoup de cadavres, ou de marins agonisants, certains nus, et à moitié dans l'eau. On peut voir un homme d'âge moyen ( le père ) retenir avec son bras le cadavre d'un homme plus jeune ( son fils ). Ils tournent le dos aux autres.

À l'arrière plan, les autres naufragés sont tournés vers ce qui sembles être un bateau, et agitent dans sa direction des morceaux de tissu.

La mer, sur la ligne d'horizon, est à gauche très agitée, et à droite bien plus calme ( opposition calme-tempête, mort-vie, espoir-désespoir ).

La composition du tableau reflète le symbolisme de la mort : le vieil homme, brisé, qui tient le cadavre de son fils, tourne le dos au bateau, l'espoir, la vie. Les personnages du premier plan, morts ou agonisants, semblent glisser dans l'eau dans un mouvement descendant, créant une opposition avec les personnages de l'arrière plan, qui semblent s'élever ( opposition espoir-désespoir ). À noter aussi que les personnages de l'arrière plan forment un triangle, forme très représentée dans l'art.

La couleur dominante du premier plan est le blanc, pour ainsi représenter la pâleur des cadavres, et donner une dimension macabre au tableau. Mais s'oppose au blanc le noir de la mer et des nuages, signes d'un destin sombre. Sont également présentes de tâches rouges ici et là, rappelant ainsi le sang et les affrontements des naufragés pour la survie sur le radeau.

La lumière est surtout présente dans l'horizon, sur le bateau qui vient sauver les naufragés, symbolisant l'espoir.

Ce tableau va être, et ce dès son exposition, très controversé : les uns y voient une œuvre fabuleuse, d'autre la représentation malsaine d'une catastrophe maritime horrible, qui est encore dans toutes les mémoires. Toujours est-il que ce tableau va contribuer au lancement de la jeune carrière de Géricault.

Tag(s) : #Art

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :